Articles de la catégorie : Sciences & Technologies

Des champs magnétiques à la place des fils?

L’entreprise américaine Witricity a conçu un générateur d’ondes électromagnétiques qui, grâce au champ magnétique qu’il génère, peut alimenter des appareils électriques sans devoir y brancher de fils. Jonathan Baronet @JonathanBaronet Imaginez par exemple la possibilité de recharger votre téléphone cellulaire par le simple fait de le laisser posé sur une table, ou encore de vous déplacer avec votre ordinateur portable sans qu’il ne se décharge. On peut comparer le fonctionnement de cette invention à celui d’un WiFi. Il s’agit d’un fonctionnement basé sur la résonance magnétique. Pour faire fonctionner ce générateur, on fait circuler un courant électrique dans un circuit résonant formé d’une bobine et d’un condensateur à la fréquence de résonance du circuit. Un champ magnétique oscillant sera ainsi produit. Ce dernier sera concentré au centre de la bobine. Ce champ induira ensuite un courant dans une deuxième bobine par induction électromagnétique. Jusqu’à maintenant, le champ d’action de cet appareil ...

Lire la suite →

L’Étude des familles de Québec : un « success-story » lavallois

D’ambitieuses études sur l’apport de l’inné et de l’acquis dans l’obésité et la condition physique ont eu lieu ici même à l’Université Laval. Impact Campus vous propose de découvrir deux de ces imposants chantiers scientifiques. Cette semaine, l’Étude des familles de Québec.   Maxime Bilodeau (@bilodma) 1977. L’Université Laval se relève d’une grève des professeurs entamée l’année précédente. Après plus d’une centaine de journées d’interruption de services, le corps professoral est de retour au boulot. La grogne règne et une certaine démobilisation se fait sentir. C’est dans ce contexte qu’arrive au Département d’éducation physique de l’époque Claude Bouchard, un jeune doctorant tout juste diplômé de l’Université du Texas à Austin. « Le contraste était frappant : Claude débarquait avec ses idées de grandeur, prêt à soulever des montagnes », se remémore plus de 35 ans plus tard Angelo Tremblay, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en activité physique, nutrition et bilan ...

Lire la suite →

Connaître le moment de votre mort, ça vous tente ?

Ici, rien qui ne relève du magique, du mystique ou de la science-fiction, mais bien de la science pure. Une équipe de chercheurs estonienne a mis au point un « test de la mort » qui permettrait d’évaluer nos risques de trépasser d’ici les cinq prochaines années. Grâce à l’étude d’une multitude d’échantillons de sang, ils ont identifié quatre biomarqueurs dont leur quantité constituerait la trace sous-jacente d’une maladie cardiovasculaire ou d’un cancer. Elise Magnin Un biomarqueur est une molécule biologique que l’on retrouve dans le sang, les fluides corporels, ou les tissus. Ils sont les signaux avant-coureurs d’une pathologie ou le risque que cette maladie apparaisse. Par exemple, le taux de cholestérol permet d’évaluer le risque de maladie cardiaque. Les chercheurs ont étudié les échantillons de sang d’un large groupe d’individus en Estonie, à savoir 9 842 personnes âgées de 18 à 103 ans. Ces personnes, issues d’une cohorte d’individus non malades, ont ...

Lire la suite →

La Fromagerie du Campus: Une entreprise sur la bonne voie

La Fromagerie du Campus est une entreprise née en 2005 avec les étudiants du programme de science et technologie des aliments (STA). C’est dans le cadre du Marchfest (voir texte en page 5), parrainé par l’Association des Étudiants de Sciences et Technologie des Aliments (ASSESTA) qu’Impact Campus est allé à la rencontre de Tamara Truchon, une des étudiantes responsable de la Fromagerie du Campus qui devrait, si tout va bien, vendre ses produits lors des matchs du Rouge et Or dès l’automne prochain. Mathieu Massé Le but principal des étudiants en science et technologie des aliments est d’aller chercher plus de connaissances et d’expérience que ce qui leur est exposé dans le cadre de leurs études. Parascolaire, le projet a grandi et voilà que, directement sur le campus de l’Université Laval, sont produits une intéressante gamme de fromages. C’est un projet qui est parti avec du fromage en grains pour ...

Lire la suite →

Fromages

Pasteurisation : Le Lait est chauffé à une température minimum de 73°C pour un certain temps afin de détruire des micro-organismes non désirés. Refroidissement du lait : Le lait est ramené à 32,2°C afin d’activer la croissance des ferments lactiques. Ensemencement : On ajoute des bactéries lactiques afin de transformer le lactose en acide lactique. Incubation : On laisse le produit se reposer pendant 25 à 50 minutes pour que les bactéries lactiques se multiplient. Le ph doit atteindre 0,5 pendant cette période. Emprésurage : Afin de faire cailler le lait, on ajoute une enzyme nommée la présure. On agite quelques minutes puis on laisse reposer à nouveau Décaillage : Il faut couper le lait coagulé en petits cubes de la grosseur du bout du petit doigt Cuisson : On cuit très lentement les grains qui commencent à se former (30 à 38°C pendant 30 minutes). Soutirage : Il reste encore un jus que l’on appelle le ...

Lire la suite →

Thèse en bref : comprendre la persévérance aux études de doctorat

Un doctorant en sciences de l’orientation de l’Université Laval s’intéresse aux raisons qui poussent environ un étudiant au doctorat sur deux à abandonner ses études avant d’obtenir son grade de Philosophiæ doctor (PhD.). Le constat est alarmant : malgré une augmentation marquée du nombre d’étudiants de 3e cycle dans les pays de l’OCDE lors des dernières décennies, le taux de diplomation demeure faible. Au Québec, il est estimé que sur les 14 000 étudiants inscrits au doctorat en 2010, seuls 8400 (60 %) de ceux-ci obtiendront un diplôme. Les 5600 autres (40 %) abandonneront en cours de parcours, parfois après y avoir investi plusieurs années de leur vie. Pire encore : les statistiques quant aux taux de diplomation et d’abandon sont constantes depuis les cinquante dernières années. « Tous sont perdants relativement à cette situation, affirme David Litalien, doctorant en sciences de l’orientation de l’Université Laval. Les étudiants gaspillent du temps et de l’argent. Les universités ...

Lire la suite →

Cancer : le plus vieux malade mort il y 3200 ans

Des chercheurs de l’Université de Durham et du British Museum ont découvert au Soudan le squelette d’un homme mort il y a 3200 ans et atteint d’un cancer. Le journal scientifique PLOS ONE publiait le 17 mars dernier les résultats de ces recherches archéologiques, présentant ce qui serait le plus ancien squelette jamais trouvé par rapport à une maladie généralement associée au mode de vie contemporain. Elise Magnin Les restes du squelette humain d’un individu, estimés à 3200 ans, ont été découverts par des chercheurs de l’Université de Durham et du British Museum en 2013 sur le site archéologique d’Amara Ouest, près du Nil, au Soudan. L’étude de certains de ses os, tels que le crâne et l’os de la mâchoire, montre que l’individu était un homme âgé entre 25 et 35 ans. De plus, en se basant sur l’architecture de la tombe dans laquelle il a été retrouvé, les ...

Lire la suite →

Lancement de fusées : le groupe aéronautique de l’Université Laval vise haut

Des étudiants se regroupent chaque semaine dans les confins des sous-sols du pavillon Alexandre-Vachon. Leur objectif : « bidouiller » une fusée qui leur permettra de se faufiler sur les plus hautes marches du podium d’une compétition internationale de lancement de fusées.   C’est arrivé jeudi soir dernier, à peine cinq minutes après qu’Impact Campus ait fait intrusion dans le petit local du groupe aéronautique de l’Université Laval (GAUL). « Nous allons l’appeler Phénix! », a lancé Andréa, unique représentante de la gent féminine ce soir-là. « Ouais, Phénix », se sont alors exclamés à l’unisson les autres membres. Leur prototype de fusée — celui qu’ils espèrent mettre à l’essai dès la fin du mois de mai — venait officiellement d’être baptisé. Ce n’est qu’un peu plus tard que Marc-André Gélinas, directeur de projet du GAUL, a expliqué un tel choix de nom. « Comme l’oiseau qui renaît de ses cendres, le GAUL est lui aussi revenu des ...

Lire la suite →

Le transhumanisme : Perfectionner l’être humain

Lors de la conférence « Jusqu’où repousser les limites du corps humain? » organisée par la Chaire publique ÆLIES, Céline Lafontaine, auteure et professeure au département de sociologie de l’Université de Montréal, était présente pour livrer un discours captivant sur sa réflexion approfondie au sujet du transhumanisme. Jonathan Baronet @JonathanBaronet Mme Lafontaine a introduit sa perspective en la décrivant comme plus sociologique et politique. Dans le transhumanisme, on parle d’adapter l’être humain à une logique de performance et de productivité. Il y a par exemple dans la cybernétique, la notion de créer une machine intelligente qui serait moins faillible, et qui serait plus performante. C’est cette machine qui est utilisée comme une mesure à partir de laquelle on essaie de comprendre l’être humain. Le transhumanisme est une logique d’adaptation, de culture de la performance, de prise constante de médicaments afin de s’adapter. La philosophie du transhumanisme est de voir l’être humain comme handicap. ...

Lire la suite →

Exploration de la planète Mars: Un étudiant de l’UL semi-finaliste

Un étudiant lavallois est sélectionné en tant que semi-finaliste pour participer au projet Mars Artic 365 (MA 365), une simulation d’exploration de la planète rouge qui se tiendra dans le Grand Nord canadien de juillet 2015 à juillet 2016. Vivre une année complète dans un « habitat martien » situé sur une île du nord de l’archipel canadien en compagnie des mêmes cinq individus et, occasionnellement, d’ours polaires : l’idée peut paraître farfelue, voire complètement tirée par les cheveux. Pourtant, c’est ce à quoi la Mars Society, l’organisme international sans but lucratif instigatrice du projet MA 365, a convié quiconque se sentait prêt à relever un tel défi. Des 200 candidatures reçues par l’organisation en réponse à leur appel lancé l’automne dernier, 62 ont été retenues pour passer à la ronde de sélection suivante. Sur ce nombre, trois Québécois, dont un, Mathieu Roy, qui étudie ici même à l’Université Laval en génie physique. « Ce ...

Lire la suite →