Articles de la catégorie : Arts & culture

Elisapie : Une fée du Nord au Théâtre Petit Champlain

Elisapie Isaac s’est posée quelques heures à Québec pour envelopper le Théâtre Petit Champlain, samedi dernier. Sa voix pleine d’étoiles et sa poésie, bercée par le Nord, coïncidaient avec la fin d’un hiver interminable. Pourtant, son folk, sa « pop polaire » et sa présence sur scène semblaient annoncer le printemps. Elle amorce le concert en force en entonnant The Beat, pièce rythmée et un brin mélancolique. Dès les premiers accords, elle conquiert son auditoire avec sa voix sereine et feutrée. Accompagnée par ses deux musiciens, Elisapie nous emmène dans sa bulle. « J’ai l’impression d’être dans un rêve », nous confie-t-elle après les deux premières chansons. Ce rêve, on y croit jusqu’à la toute fin de sa performance. Entre les pièces, la chanteuse, authentique, nous parle comme à des amis. Son magnétisme ne peut que nous faire apprécier davantage sa pop semblant venir d’un autre monde. Sans prétention, elle nous fait part de ...

Lire la suite →

Entrevue avec Chloé Lacasse : En orbite

Avez-vous pu admirer la splendeur de « l’orangé » aux petites heures du matin mardi dernier? Cette éclipse lunaire a réellement tout à voir avec le dernier album de Chloé Lacasse : Lunes et l’autre sont d’une beauté primitive. Entrevue avec l’auteure-compositrice-interprète de cet opus enchanteur. Noémie Doyon On pourrait dire, sans trop mentir, que Chloé est constamment dans la lune. Et pas parce qu’elle a l’esprit ailleurs, mais parce qu’au fond des yeux de la Montréalaise brille encore son tout dernier long-jeu. L’album Lunes a été réalisé en deux semaines au Studio Wild à Saint-Zénon. « Quand on était tannés et que la tête nous cognait, on sautait dans le lac juste à côté. Après, on revenait et on recommençait à travailler. Dans un studio en ville, c’est pas la même chose, quand tu sors, ça repose pas vraiment. » C’est entre autres cette production en plein cœur de la nature qui lui aurait ...

Lire la suite →

Los au Scanner : Rhum n’ cuir

Samedi passé, c’était au Scanner que ça se passait. Au nom du Rock, du vrai, on a eu droit à un show fantasmagorique du groupe LOS : retour sur la soirée et jasette avec les garçons. Noémie Doyon Vers 23h, j’ai mis mon vieux coat de cuir, pris ma bouteille de rhum et fumé une cigarette, même si ce n’est vraiment pas mon habitude. L’affaire, c’est que je m’en allais voir un show de Rock, à un bar qui Rock dans le cartier Saint-Roch. Et j’ai bien fait, parce que la soirée a commencé avec The Muscadettes en première partie et « elles étaient excellentes » avoue Kenny, le chanteur de LOS. Il peut bien parler, parce que lui et les trois autres garçons de la formation ont commencé le show avec  Nature Boy devant un public fort exalté, et ça ne s’est jamais calmé. Je dirais même que la plupart ont perdu ...

Lire la suite →

Casse-tête chinois : un pur bonheur

Treize ans après L’Auberge espagnole, près de dix ans après Les Poupées Russes, Cédric Klapisch renoue avec Xavier, Martine, Wendy et Isabelle, maintenant à l’aube de la quarantaine, mais toujours aussi attachants et irrésistibles que lors de leurs jeunes années. Ah, il est loin, le séjour Erasmus à Barcelone, avec ses folles rencontres, ses amours compliquées et ses inévitables questionnements existentiels. Xavier (Romain Duris,  drôle et tendre à la fois) est désormais un écrivain bien établi, père de deux enfants de surcroît, installé à Paris où il vit avec Wendy (Kelly Reilly, impeccable) depuis maintenant dix ans. Mais, bien entendu — et au grand plaisir de son éditeur, toujours friand de drames —, le bonheur de Xavier est éphémère : voilà que Wendy se fait glaciale et distante, tombe amoureuse d’un riche Américain pour qui elle quitte son amant français, et part s’installer à New York avec leurs deux enfants. C’est ...

Lire la suite →

Critique CD : Ronds-points de Canailles

Voix, banjo, guitare-pelle, accordéon, contrebasse, mandoline et planche à laver, le nouvel album Ronds​-​points de Canailles est une habille réussite. Certains diront que le style musical de Canailles se tient dans le bluegrass/garage et d’autres opteront pour du hill country blues, folk et cajun-poutine. Sous l’étiquette Grosse Boîte, les membres ont concocté un nouvel album en deux semaines dans un chalet, entre deux tournées. Disponible depuis le 14 avril, Ronds-points trouve son écho au sein de la musique québécoise émergente. En compagnie de pièces abondamment variées, Canailles garde une belle signature. Pensons à la quatrième pièce de l’album, Breakers, et à la chanteuse avec sa voix portant un groove presque R n B  tout en gardant une touche folklorique. Demande-moi pas trop d’affaires, j’fais sauter les breakers/J’les ai remis à l’envers, j’comprends pu les couleurs/Tirer dans le pied en voulant tirer dans les airs. On y retrouve plusieurs sections variées ...

Lire la suite →

Entrevue avec Sonic Avenues : Naître du désordre

Prenez une grosse boîte. À l’intérieur, mettez : la mer, la plage et trois palmiers. Fermez la boîte, puis secouez-la jusqu’à ce que les mots ordre, calme et conformité deviennent aberrations. Ouvrez-la. Tout au fond, vous y trouverez le dernier album du groupe Sonic Avenues : Mistakes. Entrevue avec Jean-Christophe Niquet, batteur de la formation. Noémie Doyon  Le groupe Sonic Avenues a connu un succès fulgurant sur la scène underground mondiale avec leur premier album Television Youth. À grand coup de congés attribués par le patron de son cabinet d’avocat, Jean-Christophe et les trois autres membres du groupe ont conquis la belle Europe et la charmante Côte ouest-américaine, leurs shows attirant parfois 100 personnes et d’autres fois 1000 :  « on a fullé une salle à New York », raconte-t-il. D’ailleurs, Sonic Avenues rock tout aussi bien les planches de la République tchèque que celles du Japon. Assumé comme un groupe de rock-garage, de punk ...

Lire la suite →

Critique CD : All things pass Pascale Picard

En 2007, il y a eu Me, Myself and Us, avec ses 300 000 copies vendues et l’énorme succès de Gate 22. Puis, ce fut le tour d’A Letter to No One, injustement ignoré en dépit de ses pièces qui, malgré un son peut-être plus générique et moins personnel, n’en étaient pas moins sensibles et terriblement efficaces. Près de trois ans après ce retour difficile, Pascale Picard nous revient avec un troisième opus franchement réussi.  Le style de la chanteuse n’a guère changé, même s’il s’est affiné avec le passage des ans : Pascale Picard nous propose toujours une musique pop-rock accrocheuse, même si celle-ci se fait plus tendre pour ce nouvel album. L’artiste a opté cette fois pour des ambiances moins lourdes, et assume pleinement le côté plus acoustique de son dernier-né. Le ton est calme, les arrangements sont simples et élégants, quoique non dénués de quelques originalités mélodiques et musicales. ...

Lire la suite →

Critique littéraire : Variations endogènes de Karoline Georges

Variations endogènes Karoline Georges Alto Un séduisant musée des horreurs Dans Variations endogènes, le plus récent livre de Karoline Georges, le lecteur est dupé : la victime prend sa revanche sur son tortionnaire, le fou et le psychiatre se confondent, les vivants tiennent la main de la mort et le trépas est plus vif que le dernier souffle de vie. Dans ses quatorze nouvelles, Georges présente d’étranges personnages au comportement insolite. Le lecteur devient spectateur de viols, de suicides, de meurtres, d’actes masochistes, il assiste à toutes les actions qui représentent ce qu’il y a de plus laid chez l’humain. Ce cabinet des perversités comme l’appelle Georges se trouve pourtant à être des plus captivant et par sa violence, rappelle l’Insecte de Claire Castillon. Véritable bestiaire mettant en scène des répugnances dans des fables qui nous ouvrent les portes sur l’animalité de l’homme. Puisque ce laboratoire de l’étrange nous dévoile des ...

Lire la suite →

L’Université Laval au Salon international du livre de Québec

C’est samedi, le soleil nous réchauffe enfin, et je vais m’enfermer au Centre des congrès de Québec pour aller bouquiner. Malgré le beau temps, il y a foule. Les lectures publiques, les conférences, les ventes de volumes et les séances de signatures s’enchaînent à un rythme effréné. L’industrie du livre a la patate qui pompe. À travers cette jungle, je remarque assez rapidement la prédominance de deux clientèles cibles : les enfants et les retraités. La plupart des gens qui se situent entre ces deux tranches d’âge sont soit des parents (qui consomment majoritairement, par le fait même, de la littérature jeunesse), soit des auteurs, des éditeurs ou des représentants de distributeurs. Or une espèce attire particulièrement mon attention : le spécimen issu de l’Université Laval. En fidèle scout d’Impact Campus, je décide donc de m’intéresser à l’Auctor Academicus. Et à mon grand bonheur, je le retrouve dans toutes les strates de ...

Lire la suite →

Entrevue avec The Babyface Nelsons : de l’énergie à revendre

Dans leur local de jam, Daniel Laroche, Dominic Simard, Gabriel Savard et Julien Rhéaume se sentent comme dans leur seconde maison. Ambiance détendue et jam avant les questions fatidiques. Alice Chiche Le nom de The Babyface Nelsons est un clin d’œil au band Dillinger Escape Plan qui fait référence à John Dillinger, un gangster américain des années 30. Son acolyte du vol se faisait appeler Baby Face Nelsons. Un hommage, donc, au « gros gangster bien dangereux ». Le lien entre un cleptomane américain et le band? Difficile à dire, mais cela suscite pas mal de curiosité… et fonctionne. Pour ce qui est de l’anniversaire de naissance du band, les membres du groupe ne s’entendent pas. Ils s’obstinent pour finalement s’entendre sur un « trois années officiel » d’existence. Pourtant, les quatre gars se connaissent depuis bien longtemps. C’est Gabriel, au drum, qui a rejoint les rangs en dernier pour « concrétiser » le groupe. Daniel et ...

Lire la suite →